Pour Prudence et nos sœurs africaines réduites en esclavage domestique #FreePrudence

24 septembre. Il est 3 heures du matin, n’arrivant pas à dormir je jette un coup d’œil sur Facebook et y découvre sur la page FED Organisation Non Gouvernementale la vidéo de Prudence Kenembeni. Cette courageuse femme camerounaise lance un appel à l’aide pour qu’elle et ses compagnes de réussissent à quitter le Koweït.

Après avoir été encouragées à quitter le Cameroun pour travailler au Koweït, ces femmes ont découvert l’enfer que vivent malheureusement de nombreuses femmes et hommes noir.e.es dans les pays du monde arabe.

«En été je dormais au balcon, en hiver dans le salon, devant la porte puisqu’il y avait le chauffage»

Rachel, Togolaise de 24 ans (source Slate)

Au lieu de postes d’employées de maison et de conditions de travail dignes promis par leurs propres compatriotes, c’est une situation d’esclavagisme domestique que ces femmes ont rencontré. Les familles qui les ont achetées les font travailler jusqu’à 20 heures par jour, leur font subir des actes de violences que Prudence qualifie elle-même de torture et confisquent les passeports.

Des filières de recrutement dans les pays d’origine aux familles qui achètent une main d’œuvre sans leur accorder le moindre droit, c’est tout un système qui est organisé pour flouer ces femmes et les contraindre à rester sous le contrôle de leurs abuseurs.

  • ce système ce sont celles et ceux qui organisent ces voyages en s’appuyant sur des complicités dans les administrations et services d’Etat.
  • ce système ce sont des pays du monde arabe tels que le Qatar, le Koweït ou le Liban qui utilisent la kafala* comme système esclavagiste.
  • ce système c’est l’échec des associations de droits humains, des autorités internationales et des pays hôtes à offrir un cadre sécuritaire à des travailleuses et travailleurs.
  • ce système c’est l’échec des pays d’origine à détruire la corruption et à protéger leurs ressortissant.e.s sur leurs propres territoires comme à l’étranger.

* « Kafala est un système de parrainage des travailleurs migrants qui exige qu’un migrant soit sponsorisé par un citoyen avant de pouvoir immigrer et travailler dans le pays en question. Le système Kafala confère des pouvoirs énormes aux employeurs qui détiennent le contrôle absolu sur les mouvements des travailleurs. », Farida Nabourema

Pourtant des initiatives existent et un travail de prévention est fait par de nombreuses associations. En 2013, l’Ethiopie a interdit tout émigration de travail afin de lutter contre l’exploitation de ses ressortissant.e.s à l’étranger. Cette mesure extrême vient cependant de prendre fin.

D’autres pays ont pris des dispositions similaires, souvent temporaires, comme par exemple la Cote d’Ivoire ou les Philippes car des pays d’Asie sont également victimes de ces phénomènes.

Des associations font un travail de prévention et d’accompagnement des victimes. C’est ce que révèle d’ailleurs Prudence dans la vidéo puisqu’elle indique être dans un refuge avec plusieurs autres femmes. Ce refuge a lancé les procédures afin qu’elles puissent retourner au Cameroun cependant ces procédures sont longues, la procédure concernant Prudence est en cours depuis déjà 5 mois.

Ce ne sont pourtant pas les premiers cas médiatisés. En avril 2017, une vidéo faisait déjà le tour du monde. On y voyait une femme koweitienne filmer son employée de maison éthiopienne suspendue à la fenêtre. Cette femme essayait d’échapper aux coups de sa geôlière et a miraculeusement eu la vie sauve après une chute de 7 mètres. Cette année, au Liban c’est un militaire qui agressait publiquement 2 femmes kenyanes. Toujours en 2018 et cette fois au Koweït, le cadavre d’une femme philippine a été découvert dans un congélateur. Les auteurs de crime un couple libano-syrien ont été condamnés à mort après une crise diplomatique entre les Philippes et le Koweït.

« L’exploitation des travailleurs domestiques, en partie imputable à des lacunes dans les législations nationales du travail, est souvent le reflet de discriminations fondées sur le sexe, la race et la caste », source OIT (Organisation internationale du travail)

Il est urgent de soutenir la lutte contre ces méfaits, de dénoncer publiquement les pays cautionnant ces pratiques et ceux échouant à protéger leurs ressortissant.e.s.

Nous assurons un soutien sans faille à toutes personnes survivantes de situations d’esclavage et exhortons les autorités camerounaises et koweitiennes à organiser le rapatriement d’urgence de Prudence et de ses sœurs.

Nous exigeons que des mesures efficaces et pérennes soient mises en place par l’ensemble des acteurs (pays hôtes, pays d’origine, autorités internationales) afin de faire cesser sans délai toute réduction d’êtres humains en esclavage.

Des mobilisations sont organisées partout dans le monde :

  • sur les réseaux sociaux
  • devant les ambassades du Koweït à Abidjan (Cote d’Ivoire) et Paris (France).

Suivez les réseaux sociaux pour connaitre les prochaines manifestations.

Liste non exhaustive d’associations

Liban 🇱🇧

International

A lire sur le sujet

Le travail domestique au Moyen-Orient ou l’esclavage moderne, Farida Bemba Nabourema

Les domestiques au Liban, un esclavage qui ne dit pas son nom, Slate

L’Ethiopie interdit à ses travailleurs de s’expatrier, RFI

Au Liban, les travailleuses domestiques sont-elles des esclaves modernes ?, Respect Mag

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s