Témoignage AfroFem « J’ai menti. Vous me direz je ne suis pas la seule. » #metoo

Dans un contexte international marqué par la vague d’indignation reliée au hashtag #metoo et une actualité nationale de décisions judiciaires minimisant des viols commis sur des fillettes noires, nous avons reçu avec beaucoup d’émotion ce texte d’une femme qui témoigne du viol dont elle a été victime enfant et de la manière dont il a été traité.

digital-painting-aquasixio4
photo Aquasixio

J’ai​ ​menti. Vous​ ​me​ ​direz​ ​je​ ​ne​ ​suis​ ​pas​ ​la​ ​seule. Le​ ​mensonge​ ​existe​ ​depuis​ ​que​ ​le​ ​monde​ ​est​ ​monde,​ ​il​ ​fait​ ​partie​ ​de​ ​nos​ ​vies.​ ​Nous​ ​en faisons​ ​le​ ​sujet​ ​de​ ​nos​ ​pièces​ ​de​ ​théâtre,​ ​de​ ​nos​ ​films​ ​et​ ​de​ ​nos​ ​livres.​ ​Nous​ ​partons​ ​en guerre​ ​à​ ​cause​ ​d’un​ ​mensonge,​ ​nous​ ​tombons​ ​aussi​ ​amoureux. Alors​ ​pourquoi​ ​me​ ​confesser​ ​aujourd’hui​ ​? Parce​ ​que​ ​j’ai​ ​l’impression​ ​que​ ​ce​ ​mensonge​ ​flotte​ ​au​ ​dessus​ ​moi​ ​comme​ ​un​ ​cerf-volant​ ​qui m’est​ ​attaché​ ​et​ ​me​ ​suis​ ​partout.

 

 

Le​ ​contexte​ ​actuel,​ ​avec​ ​le​ ​#meetoo​ ​et​ ​l’histoire​ ​de​ ​cette​ ​fille​ ​de​ ​11​ ​ans​ ​qui​ ​a​ ​eu​ ​des​ ​rapports sexuels​ ​avec​ ​une​ ​homme​ ​adulte​ ​a​ ​réveillé​ ​en​ ​moi​ ​des​ ​choses​ ​qui​ ​m’ont​ ​donné​ ​la​ ​force​ ​de témoigner.

J’ai​ ​menti.​ ​A​ ​des​ ​policiers.​ ​A​ ​des​ ​juges.​ ​A​ ​un​ ​psychiatre​ ​nommé​ ​par​ ​la​ ​cour.​ ​Du​ ​haut​ ​de​ ​mes 13​ ​ans.​ ​En​ ​1998.​ ​Avec​ ​aplomb.​ ​Devant​ ​ma​ ​mère.​ ​Ce​ ​mensonge​ ​a​ ​été​ ​une​ ​question​ ​de survie​ ​d’une​ ​ado​ ​qui​ ​avait​ ​compris​ ​que​ ​ce​ ​qui​ ​lui​ ​était​ ​arrivé​ ​un​ ​an​ ​plus​ ​tôt​ ​aurait​ ​été minimisé,​ ​et​ ​qu’il​ ​fallait​ ​le​ ​grossir​ ​pour​ ​que​ ​la​ ​personne​ ​mise​ ​en​ ​cause​ ​soit​ ​punie.

Nous​ ​étions​ ​en​ ​1995.​ ​Dernière​ ​d’une​ ​famille​ ​monoparentale,​ ​une​ ​grande​ ​demi-soeur​ ​qui avait​ ​7​ ​ans​ ​de​ ​plus​ ​que​ ​moi.​ ​Mon​ ​père​ ​était​ ​parti​ ​vers​ ​mes​ ​2​ ​ans.​ ​Il​ ​avait​ ​élevé​ ​la​ ​grande soeur,​ ​et​ ​la​ ​considérait​ ​comme​ ​sa​ ​fille.​ ​Elle​ ​l’appelle​ ​d’ailleurs​ ​aujourd’hui​ ​toujours​ ​Papa. Ma​ ​mère​ ​avait​ ​donc​ ​eu​ ​au​ ​moins​ ​deux​ ​gros​ ​échecs​ ​sentimentaux​ ​dans​ ​sa​ ​vie. Seule,​ ​dans​ ​un​ ​pays​ ​qui​ ​n’était​ ​pas​ ​le​ ​sien,​ ​à​ ​élever​ ​deux​ ​enfants,​ ​aide​ ​soignante​ ​de​ ​nuit, elle​ ​avait​ ​trouvé​ ​le​ ​réconfort​ ​dans​ ​un​ ​organisme​ ​plus​ ​que​ ​controversé.​ ​Les​ ​témoins​ ​de Jéhovah.​ ​Secte,​ ​organisation​ ​religieuse,​ ​le​ ​débat​ ​est​ ​vaste.​ ​L’information​ ​sur​ ​​ ​mon​ ​contexte spirituel​ ​est​ ​importante​ ​pour​ ​plus​ ​tard.

Je​ ​ne​ ​sais​ ​pas​ ​comment​ ​le​ ​nommer​ ​avec​ ​on​ ​va​ ​dire​ ​IL.​ ​Rien​ ​que​ ​ça​ ​c’est​ ​pour​ ​moi​ ​lui​ ​donner trop​ ​d’importance.​ ​IL​ ​lui​ ​a​ ​été​ ​présenté​ ​par​ ​un​ ​ami​ ​de​ ​“l’église”.​ ​La​ ​différence​ ​d’âge​ ​et​ ​la rapidité​ ​avec​ ​laquelle​ ​ils​ ​se​ ​sont​ ​mariés​ ​était​ ​plus​ ​que​ ​suspecte.​ ​35​ ​ans​ ​de​ ​son​ ​côté,​ ​45​ ​pour elle.​ ​Il​ ​était​ ​étudiant​ ​à​ ​la​ ​fac​ ​du​ ​coin​ ​en​ ​philosophie,​ ​sans​ ​travail,​ ​sans​ ​permis,​ ​de​ ​nationalité étrangère,​ ​vivant​ ​dans​ ​la​ ​résidence​ ​universitaire. En​ ​quelques​ ​temps,​ ​il​ ​a​ ​tout​ ​fait​ ​pour​ ​cocher​ ​les​ ​cases​ ​du​ ​futur​ ​mari​ ​parfait.​ ​Se​ ​faisant​ ​payer pleins​ ​de​ ​choses​ ​(dont​ ​son​ ​permis​ ​par​ ​ma​ ​mère),​ ​être​ ​sympa​ ​avec​ ​les​ ​enfants​ ​de​ ​sa​ ​future femme.​ ​Surtout​ ​avec​ ​moi.​ ​A​ ​l’époque,​ ​mon​ ​père​ ​qui​ ​me​ ​prenait​ ​une​ ​semaine​ ​sur​ ​deux​ ​avait disparu​ ​au​ ​pays​ ​et​ ​j’étais​ ​en​ ​manque​ ​d’une​ ​figure​ ​paternelle.​ ​Et​ ​puis​ ​j’étais​ ​et​ ​je​ ​suis​ ​toujours une​ ​optimiste,​ ​ayant​ ​foi​ ​dans​ ​l’Homme.​ ​Il​ ​fallait​ ​lui​ ​laisser​ ​sa​ ​chance.

La​ ​première​ ​chose​ ​qui​ ​nous​ ​a​ ​paru​ ​étrange,​ ​c’est​ ​qu’au​ ​mariage,​ ​qui​ ​a​ ​eu​ ​lieu​ ​un​ ​peu​ ​moins d’un​ ​après​ ​après​ ​leur​ ​rencontre,​ ​peu​ ​de​ ​gens​ ​étaient​ ​invités​ ​alors​ ​qu’avant​ ​c’était​ ​l’auberge espagnole​ ​à​ ​la​ ​maison.​ ​Ma​ ​mère​ ​s’isolait​ ​donc​ ​de​ ​plus​ ​en​ ​plus.
Dès​ ​le​ ​lendemain​ ​matin,​ ​il​ ​a​ ​emménagé​ ​dans​ ​notre​ ​appartement​ ​et​ ​nous​ ​a​ ​alors​ ​montré​ ​son vrai​ ​visage.​ ​Avec​ ​le​ ​recul,​ ​je​ ​le​ ​qualifie​ ​de​ ​pervers​ ​narcissique.​ ​Un​ ​manipulateur.​ ​Un menteur.​ ​Un​ ​très​ ​bon​ ​orateur​ ​aussi.​ ​​ ​Les​ ​insultes​ ​étaient​ ​monnaie​ ​courante​ ​ainsi​ ​que​ ​​ ​les humiliations.​ ​IL​ ​nous​ ​traitait​ ​de​ ​fainéantes,​ ​affirmait​ ​que​ ​tout​ ​ce​ ​que​ ​nous​ ​disions​ ​était​ ​faux, quitte​ ​à​ ​avoir​ ​des​ ​raisonnements​ ​complètement​ ​tordus.​ ​​

​Nous​ ​étions​ ​des​ ​inutiles,​ ​des bouches​ ​à​ ​nourrir​ ​qui​ ​ne​ ​servaient​ ​à​ ​rien,​ ​des​ ​fardeaux​ ​à​ ​tel​ ​point​ ​qu’il​ ​avait​ ​supprimé​ ​nos​ ​de famille​ ​de​ ​la​ ​boite​ ​à​ ​lettre,​ ​avait​ ​descendu​ ​tous​ ​mes​ ​jouets​ ​à​ ​la​ ​cave​ ​(​ ​je​ ​dis​ ​bien​ ​TOUT​ ​et​ ​je rappelle​ ​que​ ​j’avais​ ​autour​ ​de​ ​10​ ​ans).​ ​Tout​ ​cela​ ​tranquillement​ ​devant​ ​ma​ ​mère.​ ​Elle​ ​ne disait​ ​rien​ ​et​ ​le​ ​soutenait​ ​en​ ​tout.​ ​Ils​ ​essayaient​ ​d’avoir​ ​un​ ​enfant.​ ​Ma​ ​mère​ ​ne​ ​pouvant​ ​plus ​, il​ ​m’a​ ​reproché​ ​d’avoir​ ​bousillé​ ​son​ ​utérus​ ​en​ ​sortant.​ ​Je​ ​nous​ ​revois​ ​assis​ ​à​ ​la​ ​table​ ​du salon​ ​pendant​ ​qu’il​ ​me​ ​balançait​ ​ça​ ​avec​ ​dégoût.​ ​J’avais​ ​11​ ​ans.​ ​Cela​ ​laisse​ ​doucement imaginer​ ​mon​ ​quotidien.​ ​J’habitait​ ​à​ ​5​ ​min​ ​de​ ​mon​ ​école​ ​primaire​ ​et​ ​de​ ​mon​ ​collège​ ​mais​ ​je faisais​ ​des​ ​tours​ ​interminables​ ​pour​ ​ne​ ​pas​ ​rentrer​ ​chez​ ​moi. A​ ​l’extérieur,​ ​il​ ​passait​ ​pour​ ​une​ ​personne​ ​formidable,​ ​un​ ​homme​ ​exceptionnel.​ ​Et​ ​il​ ​fallait maintenir​ ​les​ ​apparences.

Ma​ ​grande​ ​soeur​ ​(​​je​ ​dis​ ​soeur​ ​et​ ​non​ ​pas​ ​demi​ ​car​ ​je​ ​n’ai​ ​pas​ ​un​ ​demi​ ​coeur​ ​comme​ ​dirait Fatou​ ​Diome​ ​dans​ ​le​ ​Ventre​ ​de​ ​l’atlantique)​ ​et​ ​moi​ ​arrivions​ ​à​ ​faire​ ​​ ​front​ ​commun​ ​face​ ​à cette​ ​situation.​ ​Jusqu’à​ ​ce​ ​qu’elle​ ​ait​ ​son​ ​bac. Elle​ ​est​ ​partie.​ ​Loin​ ​très​ ​loin.​ ​Elle​ ​avait​ ​fait​ ​exprès​ ​de​ ​prendre​ ​l’école​ ​la​ ​plus​ ​loin​ ​possible pour​ ​avoir​ ​son​ ​appartement​ ​et​ ​fuir​ ​cette​ ​maison.​ ​Je​ ​crois​ ​qu’aujourd’hui​ ​encore​ ​elle​ ​s’en veut.​ ​Mais​ ​moi​ ​je​ ​ne​ ​lui​ ​en​ ​veut​ ​pas.​ ​Elle​ ​a​ ​sauvé​ ​sa​ ​peau.​ ​Et​ ​c’est​ ​normal.

C’est​ ​là​ ​que​ ​les​ ​problèmes​ ​ont​ ​commencés. Ma​ ​mère​ ​travaillait​ ​la​ ​nuit.​ ​Nous​ ​étions​ ​donc​ ​seuls​ ​LUI​ ​et​ ​moi. Un​ ​soir,​ ​assis​ ​sur​ ​le​ ​canapé,​ ​on​ ​regardait​ ​ensemble​ ​Jeux​ ​sans​ ​frontières.​ ​Je​ ​me​ ​revois​ ​dans mon​ ​pull​ ​bleu​ ​turquoise​ ​avec​ ​mon​ ​pantalon​ ​jean​ ​ecossais​ ​bleu​ ​et​ ​jaune​ ​affalée​ ​dans​ ​le canapé. A​ ​la​ ​fin​ ​du​ ​jeu​ ​je​ ​n’avais​ ​pas​ ​eu​ ​envie​ ​d’aller​ ​me​ ​coucher.​ ​On​ ​était​ ​la​ ​veille​ ​de​ ​mon​ ​12​​ème anniversaire​ ​(​​pour​ ​rappel​ ​j’étais​ ​Témoin​ ​de​ ​Jéhovah​ ​donc​ ​on​ ​ne​ ​le​ ​fêtait​ ​pas​ ​mais​ ​c’était quand​ ​même​ ​un​ ​moment​ ​dont​ ​j’avais​ ​conscience).​ ​Je​ ​ne​ ​sais​ ​pas​ ​pourquoi​ ​mais​ ​à​ ​l’époque je​ ​me​ ​faisais​ ​tout​ ​une​ ​histoire​ ​de​ ​cet​ ​âge,​ ​12​ ​ans.​ ​Comme​ ​si​ ​c’était​ ​le​ ​passage​ ​d’un​ ​cap,​ ​un peu​ ​comme​ ​les​ ​20,​ ​30​ ​ou​ ​40​ ​ans.​ ​On​ ​a​ ​ensuite​ ​regardé​ ​un​ ​film​ ​de​ ​Louis​ ​de​ ​Funès,​ ​Joe.​ ​Puis il​ ​a​ ​mis​ ​la​ ​VHS​ ​d’un​ ​de​ ​mon​ ​film​ ​préféré​ ​de​ ​l’époque.​ ​Crocodile​ ​Dundee.
Un​ ​moment​ ​donné,​ ​sans​ ​aucun​ ​signe​ ​avant​ ​coureur,​ ​​ ​il​ ​s’est​ ​rapproché​ ​de​ ​moi​ ​et​ ​​ ​a déboutonné​ ​mon​ ​pantalon​ ​puis​ ​a​ ​mis​ ​sa​ ​main​ ​dans​ ​ma​ ​culotte.​ ​Le​ ​temps​ ​que​ ​cela​ ​me​ ​monte au​ ​cerveau,​ ​je​ ​me​ ​suis​ ​enfuie ​dans​ ​ma​ ​chambre.​ ​Il​ ​y​ ​avait​ ​une​ ​serrure​ ​mais​ ​je​ ​n’avais​ ​pas​ ​la clé.​ ​Un​ ​placard​ ​avec​ ​des​ ​tiroirs​ ​étant​ ​juste​ ​derrière​ ​la​ ​porte,​ ​je​ ​les​ ​ai​ ​tirés​ ​pour​ ​essayer​ ​de bloquer​ ​l’entrée​ ​mais​ ​peine​ ​perdue.​ ​Il​ ​a​ ​défoncé​ ​mon​ ​stratagème​ ​plus​ ​que​ ​faiblard. Honnêtement,​ ​je​ ​ne​ ​me​ ​souviens​ ​plus​ ​de​ ​ce​ ​qu’il​ ​m’a​ ​dit.​ ​Il​ ​m’a​ ​parlé​ ​de​ ​désir,​ ​du​ ​faite​ ​que j’étais​ ​attirante​ ​etc​. ​Il​ ​m’a​ ​présenté​ ​ses​ ​excuses​ ​et​ ​m’a​ ​promis​ ​d’arrêter.​ ​Et​ ​m’a​ ​demandé de​ ​garder​ ​le​ ​secret.​ ​Qu’il​ ​se​ ​ferait​ ​pardonner.​ ​Qu’il​ ​arrêterait​ ​de​ ​me​ ​parler​ ​mal​ ​et​ ​plaiderai ma​ ​cause​ ​envers​ ​ma​ ​mère​ ​en​ ​cas​ ​de​ ​bêtises.

Et​ ​c’était​ ​fini.​ ​Minuit​ ​20.​ ​12​ ​ans​ ​et​ ​20​ ​min​ ​j’étais​ ​victime​ ​d’attouchement.​ ​Par​ ​un​ ​homme adulte.​ ​Le​ ​mari​ ​de​ ​ma​ ​mère.​ ​J’étais​ ​juste​ ​terrorisée,​ ​j’avais​ ​peur​ ​qu’il​ ​recommence.​ ​Je voulais​ ​qu’il​ ​sorte​ ​de​ ​ma​ ​chambre.​ ​Je​ ​voulais​ ​que​ ​ma​ ​mère​ ​revienne,​ ​je​ ​voulais​ ​mourir.​ ​Je me​ ​sentais​ ​coupable.​ ​Je​ ​savais​ ​que​ ​ce​ ​qu’il​ ​avait​ ​fait​ ​était​ ​mal.​ ​Mais​ ​j’ai​ ​réussi​ ​à​ ​dormir.​ ​A​ ​tel point​ ​qu’il​ ​est​ ​passé​ ​le​ ​lendemain​ ​​ ​matin​ ​me​ ​réveiller​ ​avant​ ​le​ ​retour​ ​de​ ​ma​ ​mère​ ​pour​ ​me dire​ ​que​ ​j’étais​ ​vraiment​ ​forte​ ​car​ ​lui​ ​n’avait​ ​pas​ ​réussi​ ​à​ ​fermer​ ​l’oeil.​ ​Et​ ​bien​ ​sûr​ ​de​ ​s’assurer en​ ​passant​ ​de​ ​mon​ ​silence.

Je​ ​n’ai​ ​rien​ ​dit.​ ​De​ ​toute​ ​façon​ ​je​ ​ne​ ​pouvais​ ​pas.​ ​Il​ ​me​ ​suivait​ ​partout.​ ​Impossible​ ​me retrouver​ ​seule​ ​avec​ ​ma​ ​mère.​ ​J’ai​ ​toujours​ ​été​ ​assez​ ​solitaire.​ ​J’avais​ ​des​ ​amis​ ​à​ ​l’école mais​ ​pas​ ​assez​ ​“​​profonds”​ ​pour​ ​leur​ ​confier​ ​des​ ​choses​ ​comme​ ​cela.​ ​Quand​ ​aux​ ​enfants​ ​de mon​ ​“église”​ ​impossible​ ​aussi.​ ​De​ ​toute​ ​façon,​ ​personne​ ​ne​ ​m’aurait​ ​crue.
Selon​ ​son​ ​planning,​ ​ma​ ​mère​ ​alternait​ ​les​ ​périodes​ ​de​ ​travail​ ​et​ ​celles​ ​de​ ​congés.​ ​La première​ ​agression​ ​s’étant​ ​passée​ ​passé​ ​au​ ​cours​ ​d’une​ ​nuit​ ​de​ ​​ ​travail​ ​qui​ ​était immédiatement​ ​suivi​ ​d’un​ ​jour​ ​chômé, j’ai​ ​eu​ ​la​ ​paix​ ​un​ ​certain​ ​temps.​ ​Et​ ​ma​ ​sœur​ ​rentrait également​ ​certains​ ​we,​ ​et​ ​cela​ ​coïncidant​ ​avec​ ​certains​ ​des​ ​jours​ ​de​ ​travail​ ​maternels,​ ​je n’étais​ ​donc​ ​pas​ ​seule​ ​avec​ ​lui. J’ai​ ​ainsi​ ​pu​ ​souffler​ ​du​ ​coup,​ ​la​ ​deuxième​ ​agression​ ​a​ ​été​ ​éloignée​ ​de​ ​la​ ​première​ ​de quelques​ ​jours.

La​ ​deuxième​ ​agression.​ ​Et​ ​la​ ​troisième.​ ​Et​ ​toutes​ ​les​ ​autres​ ​ont​ ​été​ ​faites​ ​sous​ ​couvert​ ​d’un argument​ ​foireux.​ ​Si​ ​je​ ​faisais​ ​ce​ ​qu’il​ ​voulait​ ​et​ ​qu’il​ ​arrivait​ ​à​ ​jouir,​ ​il​ ​n’aurait​ ​plus​ ​envie​ ​de moi​ ​et​ ​me​ ​laisserait​ ​tranquille.​ ​“Fais​ ​moi​ ​jouir,​ ​donne​ ​moi​ ​ce​ ​que​ ​je​ ​veux​ ​et​ ​alors​ ​tu​ ​auras​ ​la paix. C’est​ ​comme​ ​cela​ ​qu’un​ ​homme​ ​fonctionne”​ ​C’est​ ​ce​ ​qu’il​ ​m’avait​ ​dit.​ ​Et​ ​je​ ​l’ai​ ​cru. J’avais​ ​12​ ​ans,​ ​victime​ ​depuis​ ​deux​ ​ans​ ​d’un​ ​pervers​ ​narcissique,​ ​délaissée​ ​par​ ​une​ ​mère muette​ ​face​ ​à​ ​ce​ ​qu’IL​ ​nous​ ​faisait​ ​subir,​ ​sans​ ​ma​ ​soeur​ ​pour​ ​me​ ​protéger,​ ​sans​ ​personne​ ​à qui​ ​me​ ​confier,​ ​seule​ ​avec​ ​ce​ ​secret,​ ​j’avais​ ​honte.​ ​J’étais​ ​sale,​ ​j’étais​ ​la​ ​voleuse​ ​de​ ​mari​ ​de ma​ ​mère.
Il​ ​m’a​ ​demandé​ ​de​ ​lui​ ​faire​ ​une​ ​fellation.​ ​J’ai​ ​refusé.​ ​Il​ ​a​ ​frotté​ ​son​ ​sexe​ ​contre​ ​le​ ​mien,​ ​m’a embrassé​ ​sur​ ​la​ ​bouche,​ ​m’a​ ​pénétré​ ​avec​ ​un​ ​doigt​ ​m’a​ ​demandé​ ​et​ ​montré​ ​comment​ ​le masturber.​ ​Tout​ ​ceci​ ​dans​ ​le​ ​lit​ ​conjugal.​ ​Il​ ​éjaculait​ ​sur​ ​moi​ ​puis​ ​me​ ​nettoyait​ ​avec​ ​un​ ​gant qu’il​ ​prenait​ ​bien​ ​le​ ​soin​ ​de​ ​bien​ ​rincer​ ​et​ ​nettoyer​ ​après.

C’est​ ​là​ ​que​ ​j’ai​ ​menti​ ​un​ ​an​ ​plus​ ​tard​ ​au​ ​commissariat​ ​de​ ​police.​ ​Il​ ​ne​ ​m’a​ ​jamais​ ​pénétrée.​ ​Il l’a​ ​dit​ ​lui​ ​même.​ ​Il​ ​fallait​ ​que​ ​je​ ​garde​ ​ma​ ​virginité.​ ​Sinon,​ ​cela​ ​serait​ ​suspect.​ ​Ainsi,​ ​si​ ​un​ ​jour il​ ​se​ ​faisait​ ​attrapé,​ ​il​ ​n’y​ ​aurait​ ​pas​ ​de​ ​preuve.
Chaque​ ​fois​ ​j’espérais​ ​que​ ​ce​ ​que​ ​je​ ​faisais​ ​allait​ ​lui​ ​suffir​ ​et​ ​étancher​ ​sa​ ​soif​ ​afin​ ​qu’il​ ​me laisse​ ​tranquille. J’ignorais​ ​qu’en​ ​participant​ ​à​ ​ses​ ​fantasmes​ ​pervers​ ​j’en​ ​alimentait​ ​d’autres. Le​ ​cercle​ ​vicieux. Tout​ ​ceci​ ​a​ ​duré​ ​un​ ​certain​ ​temps.​ ​Combien​ ​exactement​ ​?​ ​Je​ ​ne​ ​sais​ ​plus.​ ​Je​ ​dirais quelques​ ​​ ​semaines.​ ​Il​ ​y​ ​a​ ​certains​ ​épisodes​ ​que​ ​mon​ ​cerveau​ ​a​ ​“effacé”.​ ​Une​ ​protection j’imagine​ ​pour​ ​pouvoir​ ​supporter​ ​l’insupportable.
Je​ ​commençais​ ​à​ ​m’éteindre.​ ​Enfant​ ​rieuse,​ ​blagueuse,​ ​très​ ​câline​ ​avec​ ​ma​ ​​ ​maman​ ​je m’éloignais.​ ​Me​ ​renfermais.

C’est​ ​au​ ​cours​ ​d’un​ ​voyage​ ​dans​ ​notre​ ​pays​ ​d’origine​ ​pour​ ​présenter​ ​à​ ​la​ ​famille​ ​son​ ​mari que​ ​ma​ ​mère​ ​s’en​ ​est​ ​aperçue.​ ​Au​ ​milieu​ ​de​ ​la​ ​horde​ ​des​ ​cousins​ ​et​ ​cousines​ ​je​ ​me​ ​m’étais à​ ​part.​ ​Je​ ​ne​ ​parlais​ ​à​ ​personne.​ ​J’étais​ ​l’ombre​ ​de​ ​moi​ ​même.​ ​Ma​ ​mère​ ​m’a​ ​forcé​ ​un​ ​jour​ ​à parler.​ ​Dire​ ​ce​ ​qu’il​ ​n’allait​ ​pas.​ ​Au​ ​bout​ ​de​ ​plusieurs​ ​heures​ ​de​ ​pleurs,​ ​de​ ​douceur,​ ​de​ ​cris j’ai​ ​lâché​ ​la​ ​bombe.​ ​Il​ ​a​ ​immédiatement​ ​nié​ ​bien​ ​sûr.​ ​J’étais​ ​une​ ​affabulatrice.​ ​Mais​ ​mon attitude​ ​avait​ ​allumé​ ​le​ ​détecteur​ ​maternel.

Je​ ​redoutais​ ​la​ ​fin​ ​des​ ​vacances.​ ​Au​ ​pays,​ ​avec​ ​toute​ ​la​ ​famille,​ ​rien​ ​n’avait​ ​été​ ​réglé.​ ​Mais de​ ​retour​ ​en​ ​France,​ ​ma​ ​mère​ ​allait​ ​reprendre​ ​le​ ​travail.​ ​Qu’allait-il​ ​se​ ​passer​ ​? Vous​ ​vous​ ​souvenez​ ​que​ ​j’ai​ ​évoqué​ ​au​ ​début​ ​que​ ​le​ ​faite​ ​d’avoir​ ​grandit​ ​chez​ ​les​ ​témoins de​ ​Jéhovah​ ​allait​ ​avoir​ ​son​ ​importance.​ ​C’est​ ​ici​ ​que​ ​ce​ ​détail​ ​intervient. De​ ​retour​ ​en​ ​France,​ ​avant​ ​son​ ​premier​ ​jour​ ​de​ ​travail,​ ​ma​ ​mère​ ​est​ ​partie​ ​voir​ ​ce​ ​que​ ​l’on appelle​ ​le​ ​“conseil​ ​des​ ​anciens”.​ ​C’est​​​ ​le​ ​comité​ ​d’hommes​ ​qui​ ​dirigent​ ​chaque​ ​église​ ​locale. Ils​ ​diffusent​ ​les​ ​instructions​ ​du​ ​“siège”,​ ​s’occupent​ ​du​ ​bon​ ​fonctionnement​ ​de​ ​la​ ​structure locale​ ​et​ ​​ ​en​ ​cas​ ​de​ ​questions​ ​plus​ ​ou​ ​moins​ ​grave​ ​se​ ​réunissent​ ​afin​ ​de​ ​prendre​ ​des décisions.​ ​C’est​ ​ce​ ​qui​ ​s’est​ ​passé.​ ​Nous​ ​avons​ ​été​ ​convoqués​ ​séparément​ ​et​ ​j’ai​ ​du​ ​leur raconter​ ​mon​ ​histoire.​ ​IL​ ​s’est​ ​défendu,​ ​ils​ ​ont​ ​consulté​ ​leur​ ​bible​ ​et​ ​se​ ​sont​ ​consultés​ ​entre eux.​ ​Verdict​ ​:​ ​pas​ ​de​ ​preuve.​ ​

La​ ​solution​ ​:​ ​simple.​ ​Tous​ ​les​ ​soirs​ ​ma​ ​mère​ ​m’enfermera​ ​dans ma​ ​chambre.​ ​Pour​ ​me​ ​protéger.​ ​Et​ ​réouvrira​ ​le​ ​lendemain.​ ​Il​ ​avait​ ​interdiction​ ​de​ ​me​ ​parler au​ ​travers​ ​de​ ​la​ ​porte.
Ce​ ​point,​ ​l’intervention​ ​de​ ​ces​ ​hommes​ ​n’a​ ​jamais​ ​été​ ​évoquée​ ​devant​ ​une​ ​autorité.​ ​Ma mère​ ​a​ ​tout​ ​pris​ ​sur​ ​elle.​ ​Toujours​ ​dis​ ​que​ ​c’était​ ​de​ ​sa​ ​propre​ ​décision.

L’enfermement​ ​a​ ​duré​ ​un​ ​an.​ ​Un​ ​an,​ ​où​ ​tous​ ​les​ ​soirs​ ​de​ ​travail​ ​où​ ​j’allais​ ​me​ ​retrouver​ ​seule avec​ ​lui,​ ​je​ ​devais​ ​dîner​ ​en​ ​vitesse,​ ​prendre​ ​un​ ​paquet​ ​de​ ​gâteau,​ ​vérifier​ ​de​ ​ne​ ​rien​ ​n’avoir oublié​ ​dans​ ​l’appartement.​ ​Puis ​​ ​ma​ ​mère​ ​me​ ​posait​ ​un​ ​pot​ ​de​ ​chambre,​ ​me​ ​souhaitait​ ​une bonne​ ​nuit​ ​puis​ ​fermait​ ​la​ ​porte​ ​à​ ​clé​ ​et​ ​partait. Un​ ​an.​ ​J’en​ ​suis​ ​ressortie​ ​avec​ ​des​ ​séquelles.​ ​Par​ ​exemple,​ ​je​ ​suis​ ​boulimique​ ​non vomisseuse.​ ​Je​ ​gère​ ​toutes​ ​mes​ ​émotions​ ​avec​ ​la​ ​nourriture.

Le​ ​premier​ ​jour​ ​il​ ​a​ ​essayé​ ​de​ ​me​ ​parler.​ ​Me​ ​demander​ ​pourquoi​ ​j’ai​ ​tout​ ​raconté.​ ​Pourquoi je​ ​l’avais​ ​trahi​ ​?​ ​Ne​ ​m’avait-il​ ​pas​ ​dit​ ​que​ ​quand​ ​il​ ​serait​ ​satisfait​ ​ça​ ​allait​ ​s’arrêter​ ​?​ ​Et​ ​ne s’occupait-il​ ​pas​ ​bien​ ​de​ ​moi​ ​en​ ​m’achetant​ ​pleins​ ​de​ ​trucs,​ ​en​ ​étant​ ​mon​ ​plus​ ​fervent défenseur​ ​en​ ​cas​ ​de​ ​bêtises​ ​face​ ​à​ ​ma​ ​mère​ ​?​ ​J’ai​ ​essayé​ ​de​ ​l’enregistrer​ ​avec​ ​mon​ ​lecteur K7​ ​mais​ ​il​ ​a​ ​entendu​ ​que​ ​j’étais​ ​en​ ​train​ ​d’en​ ​glisser​ ​une​ ​dans​ ​l’enregistreur.​ ​Il​ ​a​ ​donc​ ​arrêté de​ ​parler. Ma​ ​soeur​ ​venait​ ​plus​ ​régulièrement​ ​car​ ​je​ ​lui​ ​avait​ ​tout​ ​raconté​ ​(​​ma​ ​convocation​ ​pour​ ​ma confession​ ​pendant​ ​les​ ​vacances​ ​n’était​ ​pas​ ​passée​ ​inaperçue).​ ​Je​ ​n’ai​ ​jamais​ ​su​ ​si​ ​sur​ ​le coup​ ​elle​ ​m’avait​ ​cru​ ​ou​ ​pas.​ ​Mais​ ​elle​ ​venait.​ ​Et​ ​c’était​ ​l’essentiel.

Un​ ​an​ ​s’est​ ​donc​ ​écoulé.​ ​J’étais​ ​fan​ ​des​ ​PC.​ ​L’informatique​ ​me​ ​fascinait.​ ​Nous​ ​avions​ ​un ordinateur.​ ​Mais​ ​comme​ ​c’était​ ​le​ ​SIEN​ ​je​ ​n’avais​ ​pas​ ​le​ ​droit​ ​d’y​ ​toucher.​ ​Un​ ​jour,​ ​ma​ ​mère qui​ ​avait​ ​un​ ​document​ ​à​ ​taper​ ​pour​ ​le​ ​travail​ ​m’a​ ​demandé​ ​de​ ​le​ ​faire​ ​à​ ​sa​ ​place.​ ​Pas douée​ ​avec​ ​les​ ​ordinateurs​ ​et​ ​ayant​ ​envie​ ​de​ ​me​ ​faire​ ​plaisir,​ ​elle​ ​avait​ ​réussi​ ​à​ ​faire​ ​que​ ​je sois​ ​aux​ ​anges. Le​ ​PC​ ​était​ ​dans​ ​leur​ ​chambre.​ ​Je​ ​me​ ​suis​ ​donc​ ​assise​ ​tranquillement​ ​devant​ ​la​ ​machine.​ ​Le temps​ ​qu’elle​ ​démarre,​ ​IL​ ​est​ ​venu​ ​furtivement​ ​dans​ ​mon​ ​dos​ ​pendant​ ​que​ ​sa​ ​femme​ ​était au​ ​téléphone​ ​dans​ ​le​ ​salon​ ​(​ ​pour​ ​rappel​ ​à​ ​cette​ ​époque​ ​le​ ​portable​ ​n’existait​ ​pas)​ ​​​et​ ​m’a​ ​dit d’ouvrir​ ​un​ ​dossier​ ​dont​ ​je​ ​ne​ ​me​ ​souviens​ ​plus​ ​le​ ​nom.​ ​Puis​ ​IL​ ​est​ ​reparti​ ​tout​ ​aussi​ ​vite, comme​ ​si​ ​de​ ​rien​ ​n’était.

Il​ ​y​ ​avait​ ​une​ ​lettre.​ ​Une​ ​lettre​ ​d’amour.​ ​Il​ ​avait​ ​mis​ ​des​ ​cœurs​ ​en​ ​haut​ ​et​ ​en​ ​bas.​ ​Déclaration enflammée​ ​à​ ​une​ ​gamine​ ​de​ ​13​ ​ans.​ ​J’en​ ​ai​ ​eu​ ​la​ ​nausée.​ ​Mais​ ​c’était​ ​MA​ ​preuve.​ ​La promesse​ ​de​ ​la​ ​fin​ ​de​ ​mon​ ​calvaire​ ​d’enfermement.​ ​J’ai​ ​repris​ ​mes​ ​esprits​ ​et​ ​l’ai​ ​imprimée, puis​ ​je​ ​l’ai​ ​planquée​ ​dans​ ​ma​ ​culotte​ ​sous​ ​mon​ ​pull.​ ​Ensuite​ ​ça​ ​a​ ​été​ ​compliqué.​ ​Dès​ ​que​ ​je demandais​ ​à​ ​ma​ ​mère​ ​de​ ​venir​ ​pour​ ​X​ ​raison​ ​(​ ​“ton​ ​texte​ ​n’est​ ​pas​ ​clair,​ ​c’est​ ​bien​ ​ça​ ​que​ ​tu veux​ ​écrire​ ​?)”​ ​il​ ​se​ ​ramenait​ ​aussi.​ ​Enfin,​ ​sous​ ​couvert​ ​de​ ​faire​ ​signer​ ​mon​ ​carnet​ ​de correspondance​ ​dans​ ​ma​ ​chambre​ ​(​ ​ma​ ​mère​ ​étant​ ​ma​ ​seule​ ​responsable​ ​légale,​ ​il​ ​n’avait aucune​ ​légitimité​ ​à​ ​venir​ ​f​ ​dans​ ​ce​ ​cas​ ​là)​ ​j’ai​ ​glissé​ ​la​ ​lettre​ ​dans​ ​une​ ​page. Elle​ ​l’a​ ​vu.​ ​S’est​ ​décomposée.​ ​M’a​ ​regardée.​ ​A​ ​re​ ​regardé​ ​la​ ​page.​ ​Et​ ​a​ ​compris.​ ​Ce​ ​que j’avais​ ​vécu,​ ​qui​ ​il​ ​était,​ ​ce​ ​qu’il​ ​m’avait​ ​fait,​ ​ce​ ​qu’elle​ ​m’avait​ ​fait.​ ​Je​ ​l’ai​ ​vu​ ​se​ ​réveiller. Avant​ ​elle​ ​était​ ​comme​ ​hypnotisée.​ ​J’ai​ ​vu​ ​le​ ​choc​ ​dans​ ​ses​ ​yeux.​ ​Et​ ​j’ai​ ​ressenti​ ​un immense​ ​soulagement.​ ​J’étais​ ​sauvée.

Il​ ​ne​ ​s’est​ ​rien​ ​passé​ ​le​ ​soir​ ​même.​ ​Je​ ​suis​ ​allée​ ​au​ ​collège​ ​le​ ​lendemain​ ​comme​ ​d’habitude. Mais​ ​le​ ​midi​ ​la​ ​proviseur​ ​est​ ​venue​ ​me​ ​chercher.​ ​Ma​ ​mère​ ​était​ ​là.​ ​Je​ ​passe​ ​certaines choses​ ​par​ ​respect​ ​pour​ ​elle.​ ​Mais​ ​au​ ​final,​ ​en​ ​fin​ ​de​ ​journée,​ ​nous​ ​sommes​ ​allées​ ​au commissariat.
J’ai​ ​tout​ ​de​ ​suite​ ​compris,​ ​et​ ​je​ ​savais​ ​qu’il​ ​n’y​ ​avait​ ​aucune​ ​preuve.​ ​Une​ ​lettre​ ​tapée​ ​sur​ ​un pc​ ​alors​ ​que​ ​j’y​ ​étais​ ​à​ ​ce​ ​moment​ ​là?​ ​J’étais​ ​encore​ ​vierge​ ​?​ ​Ma​ ​mère​ ​éludait volontairement​ ​le​ ​coup​ ​de​ ​l’enfermement​ ​devant​ ​les​ ​policiers​ ​?​ ​Je​ ​faisais​ ​ce​ ​qu’il​ ​me​ ​disait pour​ ​qu’il​ ​me​ ​fiche​ ​la​ ​paix.​ ​N’étais-je​ ​pas​ ​consentante​ ​?​

​Alors​ ​j’ai​ ​menti.​ ​J’ai​ ​dit​ ​qu’il​ ​m’avait pénétrée​ ​avec​ ​son​ ​sexe.​ ​J’ai​ ​dit​ ​qu’il​ ​m’avait​ ​violée.​ ​Sans​ ​ça​ ​je​ ​n’avais​ ​aucune​ ​certitude​ ​que l’on​ ​me​ ​croit.​ ​Que​ ​l’on​ ​ne​ ​me​ ​dise​ ​pas​ ​:​ ​“​ ​Désolé,​ ​mais​ ​nous​ ​ne​ ​pouvons​ ​rien​ ​faire.​ ​Sale trainée​ ​tu​ ​as​ ​dit​ ​oui​ ​à​ ​tout​ ​donc​ ​ce​ ​n’est​ ​pas​ ​mal​ ​ce​ ​qu’il​ ​a​ ​fait”.
Voilà​ ​mon​ ​mensonge.​ ​Voilà​ ​mon​ ​cerf-volant.​ ​Mon​ ​dossier​ ​a​ ​donc​ ​été​ ​classé​ ​en​ ​viol.​ ​Mais après​ ​examen​ ​médicaux​ ​(traumatisants​ ​au​ ​possible)​ ​il​ ​a​ ​été​ ​reclassé​ ​en​ ​agression​ ​sexuelle étant​ ​donné​ ​que​ ​j’étais​ ​vierge.​ ​Avec​ ​quand​ ​même​ ​une​ ​mention​ ​qu”’étant​ ​donné​ ​que​ ​j’étais de​ ​type​ ​négroïde,​ ​l’hymen​ ​des​ ​femmes​ ​noires​ ​étant​ ​connu​ ​pour​ ​être​ ​plus​ ​dur,​ ​il​ ​était​ ​possible d’envisager​ ​que​ ​j’ai​ ​eu​ ​des​ ​rapports​ ​sexuels​ ​mais​ ​qu’il​ ​ne​ ​se​ ​soit​ ​pas​ ​déchiré.”
Je​ ​passe​ ​sur​ ​l’attitude​ ​et​ ​les​ ​techniques​ ​d’interrogatoire​ ​d’une​ ​enfant​ ​à​ ​l’époque.​ ​J’espère qu’ils​ ​ont​ ​été​ ​formés.​ ​Car​ ​ça​ ​riait​ ​quand​ ​on​ ​me​ ​demandait​ ​de​ ​décrire​ ​son​ ​sexe​ ​(​​largeur, longueur​ ​etc​.​)​ ​et​ ​ils​ ​m’avaient​ ​mise​ ​dans​ ​un​ ​bureau,​ ​avec​ ​ma​ ​mère​ ​face​ ​à​ ​au​ ​moins​ ​3 mecs.
Avant​ ​de​ ​m’amener​ ​au​ ​commissariat,​ ​ma​ ​mère​ ​avait​ ​prévenu​ ​son​ ​mari​ ​que​ ​nous​ ​allions porter​ ​plainte.​ ​Le​ ​retour​ ​à​ ​la​ ​maison​ ​était​ ​donc​ ​angoissant.​ ​Arrivées​ ​à​ ​l’appartement,​ ​nous n’avions​ ​pu​ ​faire​ ​qu’un​ ​constat​ ​:​ ​il​ ​était​ ​parti.​ ​Il​ ​avait​ ​tout​ ​laissé​ ​(​ ​ses​ ​vêtements,​ ​ses​ ​livres, ses​ ​objets​ ​personnels)​ ​sauf​ ​ses​ ​deux​ ​passeports,​ ​le​ ​pc,​ ​l’imprimante​ ​et​ ​la​ ​voiture​ ​(​​que​ ​nous avons​ ​pu​ ​récupérer​ ​après,​ ​via​ ​un​ ​coup​ ​de​ ​fil​ ​anonyme​ ​pour​ ​nous​ ​dire​ ​où​ ​elle​ ​était).​ ​Il​ ​avait pris​ ​un​ ​vol​ ​pour​ ​son​ ​pays​ ​d’origine.

Nous​ ​n’avons​ ​plus​ ​entendu​ ​parler​ ​de​ ​lui​ ​pendant​ ​5​ ​ans.​ ​Et​ ​nous​ ​avons​ ​encore​ ​fait​ ​semblant. Personne​ ​ne​ ​savait.​ ​Ecole,​ ​travail,​ ​église.​ ​Personne.​ ​Je​ ​tenais​ ​le​ ​choc.​ ​Elève​ ​modèle​ ​(​ ça m’a​ ​été​ ​reproché​ ​au​ ​procès.​ ​Je​ ​n’étais​ ​pas​ ​les​ ​stats​ ​classiques​ ​de​ ​la​ ​fille​ ​violée​ ​dont​ ​les notes​ ​dégringolent.​ ​Mon​ ​argumentaire​ ​a​ ​été​ ​de​ ​dire​ ​demander​ ​ce​ ​qu’on​ ​pouvait​ ​faire​ ​quand on​ ​est​ ​enfermé​ ​plusieurs​ ​fois​ ​par​ ​semaine​ ​sans​ ​télé​ ​à​ ​part​ ​lire​ ​et​ ​faire​ ​ses​ ​devoirs​ ​?),​ ​ado “normale”​ ​qui​ ​avait​ ​même​ ​eu​ ​un​ ​petit​ ​copain.​ ​Ma​ ​mère​ ​justifiait​ ​​ ​l’absence​ ​de​ ​son​ ​mari​ ​puis son​ ​divorce​ ​par​ ​le​ ​fait​ ​qu’il​ ​l’avait​ ​trompée​ ​et​ ​était​ ​parti​ ​avec​ ​sa​ ​maîtresse​ ​(​ironique​ ​et horrible​ ​avec​ ​le​ ​recul).​ ​Nous​ ​avions​ ​également​ ​quitté​ ​les​ ​Témoins​ ​de​ ​Jéhovah.

Et​ ​puis,​ ​un​ ​jour.​ ​Une​ ​lettre​ ​du​ ​tribunal.​ ​Adressée​ ​à​ ​moi​ ​directement.​ ​Je​ ​venais​ ​juste​ ​d’être majeure​ ​à​ ​quelques​ ​semaines​ ​près​ ​(purée​ ​cet​ ​anniversaire).​ ​Il​ ​avait​ ​été​ ​arrêté. Convocation​ ​au​ ​procès.​ ​J’ai​ ​appris​ ​plus​ ​tard​ ​qu’étant​ ​tout​ ​juste​ ​français​ ​avant​ ​sa​ ​disparition (merci​ ​le​ ​mariage),​ ​il​ ​avait​ ​fui​ ​avec​ ​son​ ​autre​ ​passeport,​ ​puis​ ​était​ ​rentré​ ​en​ ​France​ ​quelques temps​ ​plus​ ​tard​ ​mais​ ​il​ ​n’avait​ ​pas​ ​été​ ​signalé.​ ​Installé​ ​dans​ ​l’est​ ​de​ ​la​ ​France,​ ​il​ ​s’était remarié,​ ​avait​ ​eu​ ​deux​ ​enfants​ ​et​ ​souhaitant​ ​leur​ ​faire​ ​faire​ ​un​ ​passeport​ ​pour​ ​les​ ​présenter à​ ​sa​ ​famille​ ​au​ ​pays,​ ​il​ ​avait​ ​entamé​ ​des​ ​démarches​ ​administratives.​ ​C’est​ ​là​ ​qu’il​ ​a​ ​été repéré​ ​et​ ​arrêté.

​​Je​ ​me​ ​suis​ ​écroulée.​ ​J’avais​ ​réussi​ ​à​ ​construire​ ​quelque​ ​chose​ ​de​ ​fragile.​ ​J’avais​ ​même​ ​eu un​ ​petit​ ​copain.​ ​J’avais​ ​une​ ​vie.​ ​Le​ ​revoir,​ ​revivre​ ​ça​ ​me​ ​semblait​ ​au​ ​dessus​ ​de​ ​mes​ ​forces. Mais​ ​j’y​ ​suis​ ​allée.​ ​J’ai​ ​affronté​ ​les​ ​juges,​ ​les​ ​avocats,​ ​sa​ ​femme​ ​et​ ​ses​ ​enfants.​ ​Je​ ​l’ai affronté.​ ​Il​ ​a​ ​été​ ​condamné.​ ​A…​ ​2​ ​ans​ ​dont​ ​un​ ​avec​ ​sursis​ ​et​ ​interdiction​ ​de​ ​travailler​ ​avec des​ ​enfants​ ​(​​car​ ​il​ ​travaillait​ ​pour​ ​l’éducation​ ​nationale,​ ​oui​ ​oui​ ​…).​ ​Il​ ​a​ ​fait​ ​appel.​ ​Rebelote. Peine​ ​confirmée.​ ​Mais,​ ​il​ ​avait​ ​fait​ ​de​ ​la​ ​prison​ ​depuis​ ​son​ ​arrestation​ ​et​ ​avec​ ​le​ ​jeu​ ​des remises​ ​de​ ​peine,​ ​il​ ​est​ ​sorti​ ​quelques​ ​semaines​ ​après.

2​ ​ans​ ​dont​ ​1​ ​avec​ ​sursis.​ ​Et​ ​1​ ​euro​ ​de​ ​dommages​ ​et​ ​intérêts​ ​car​ ​je​ ​ne​ ​voulais​ ​pas​ ​de​ ​son argent. Vous​ ​trouvez​ ​que​ ​c’est​ ​assez​ ​?​ ​Vous​ ​trouvez​ ​que​ ​j’étais​ ​consentante​ ​?​ ​A​ ​cet​ ​âge​ ​?
Quand​ ​ces​ ​derniers​ ​temps​ ​j’ai​ ​entendu​ ​parler​ ​de​ ​l’histoire​ ​de​ ​cette​ ​petite​ ​de​ ​11​ ​ans,​ ​je​ ​suis revenue​ ​20​ ​ans​ ​en​ ​arrière.​ ​Je​ ​ne​ ​pensais​ ​pas​ ​que​ ​la​ ​justice​ ​n’avait​ ​pas​ ​évolué​ ​sur​ ​ce​ ​point. Je​ ​me​ ​dis​ ​que​ ​si​ ​elle​ ​avait​ ​menti,​ ​peut-être​ ​qu’elle​ ​aurait​ ​été​ ​plus​ ​considérée,​ ​comme​ ​moi jusqu’à​ ​ce​ ​que​ ​mon​ ​affaire​ ​soit​ ​requalifiée​ ​à​ ​la​ ​baisse.
J’ai​ ​donc​ ​décidé​ ​de​ ​témoigner.​ ​En​ ​anonyme​ ​certes,​ ​pour​ ​prouver​ ​le​ ​côté​ ​ubuesque​ ​de​ ​cette loi.​ ​Une​ ​enfant​ ​de​ ​11,​ ​12​ ​ans​ ​et​ ​20​ ​min​ ​ou​ ​13​ ​ans​ ​n’est​ ​PAS​ ​consentante.​ ​C’est​ ​UN​ ​VIOL. POINT

Ce témoignage est édifiant sur plusieurs points : la manière dont sont auditionnées les victimes de viol et notamment les mineur-e-s, la négation complaisante des faits par le conseil de famille, le report de la faute sur la victime qui est enfermée pour son bien, l’impact sur la vie d’adulte…

J’en retiens également un point important : l’activation du mode survie. Ce mode survie qui dicte à une enfant d’essayer d’enregistrer son agresseur, d’imprimer sa confession et… de mentir aux forces de police en chargeant encore le coupable par peur de ne pas être prise au sérieux.

Les agressions sexuelles et les viols font grandir les enfants plus rapidement que prévu, la manière dont ces affaires sont traitées finit de les faire grandir…

Guyane – Henriette Henry, traitée de négresse au travail et convoquée en commission de discipline pour racisme.

Henriette Henry est une inspectrice du travail originaire de Guyane. Après quelques années dans l’hexagone, elle a pu bénéficier d’une mutation pour rentrer dans sa région.
Pendant cinq ans, elle a été victime d’injures et de harcèlement.

photo d’illustration

Un jour de 2016, elle a entendu sa collègue la qualifier de « négresse » et lasse des brimades a répondu.

cela faisait cinq ans que je ne répondais pas, et j’y suis retournée après pour lui dire que ce n’était plus possible ».

sa réponse : « je lui ai dit devant tout le monde que j’étais ici chez moi, que je n’en pouvais plus ».

Ce sont ces propos qui lui valent un passage en commission de discipline pour… discrimination.

Elle a répondu à des insultes racistes en affirmant sa légitimité sur le territoire guyanais et se retrouve prise dans une procédure obscure qui lui fait risquer une rétrogradation et une suspension pouvant aller jusqu’à 2 ans.

L’autrice du « négresse » qui harcelait Henriette Henry depuis des années, a été sobrement changée de service mais semble malgré tout devoir finalement bientôt s’expliquer dans une commission de discipline.

Cette histoire est vraiment révoltante, Henriette Henry devrait être protégée à triple titre :

  • en tant que syndicaliste puisque ce biais semble également présent dans cette histoire grotesque (voir article du point)
  • en tant que femme noire puisque qu’appartenant à la fois à un groupe victime de misogynie et de sexisme au travail et à un groupe victime de racisme toujours en contexte professionnel
  • en tant qu’employé-e d’une institution française (a fortiori l’inspection du travail…) qui devrait plus encore que d’autres employeurs garantir, protéger et défendre le bien-être de ses salariés

Et je n’évoque même pas la protection des salariés d’outre-mer en contexte néo-colonialiste…

Ces derniers jours, nous avons vu sur la télévision publique française une Nathalie Sarraute utiliser le terme « négresse » sans que l’animatrice Anne-Élisabeth Lemoine ou le chroniqueur Antoine Genton ne réagissent.

Rappelons-nous d’Elise Lucet pouffant face à un Jean-Paul Guerlain se demandant si les nègres avaient déjà travaillé ou de la ministre Laurence Rossignol utilisant les noirs américains pour illustrer ses propos contre le port du voile.

« J’ai travaillé comme un nègre, je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… », Jean-Paul Guerlain, JT de France 2 (2010)

« il y avait bien « des nègres américains qui étaient pour l’esclavage. », la ministre Laurence Rossignol, BFM TV (2016)

Les services publics devraient être exemplaires sur les questions des discriminations. Pourtant ce genre de situation revient régulièrement dans l’actualité qu’il s’agisse des services de police ou de gendarmerie, des médias publics, de politiques ou d’autres institutions.

Ici des injures racistes et misogynes, là de la discrimination sexiste et raciste, ailleurs du harcèlement moral sur fond de racisme, misogynie quand d’autres oppressions ne se cumulent pas !

Le collectif AfroFem apporte tout son soutien à Henriette HENRY dont le courage et la ténacité dans cette situation sont remarquables.

sources

Guyane: mobilisation pour une inspectrice du travail sur fond de discrimination, Le Point (17 avril 2017)

Sa hiérarchie la traite de « négresse », elle réplique : une inspectrice du travail en commission de discipline, France inter (20 avril 2017)

Pétition pour la guyanaise Henriette, adressée à la ministre du travail, 97land (18 avril 2017)

Victime de discrimination raciale, elle se retrouve accusée de racisme, CGT

mise à jour le 20/04/2017 à 20h30 pour ajout des liens 97land et CGT

#8mars8femmesnoires – Audre Lorde (USA)

A l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le collectif AfroFem a choisi de mettre à l’honneur des portraits de femmes noires.
Noalivia a souhaité mettre en avant le parcours de l’américaine Audre Lorde.

« Toujours avancer – Jamais reculer »
devise de la Grenade dont les parents d’Audre Lorde étaient originaires

Pour un 8 mars tout en couleur, nous avons la volonté de donner de la visibilité à des femmes qui n’ont pas l’opportunité d’être dans la lumière et dont les noms ne sont pas familiers dans le sacro-saint monde féministe.

En diffusant des portraits de femmes connues ou moins connues, qui ont eu de l’importance ou une influence pour nous d’une manière ou d’une autre, nous souhaitons que ce 8 mars soit la journée de TOUTES LES FEMMES.

J’ai choisi de m’attacher au portrait d’Audre Lorde, Femme noire, lesbienne, activiste américaine.

Je l’ai découverte l’année dernière lorsque mon militantisme et mon outing en tant qu’afroféministe se sont imposés à moi.

Audrey Geraldine Lorde est née le 18 février 1934 à Harlem NYC (USA) et elle est décédée à Sainte Croix aux Iles Vierges le 17 novembre 1992.

J’ai découvert Audre Lorde à travers son recueil « Sister Outsider » dans lequel elle compile essais, poèmes et réflexions sur la place de la femme noire au sein de la société américaine.

C’est au cours de l’adolescence en rupture avec ses parents qu’Audrey Lorde s’est réapproprié son prénom pour le modifier pour Audre.

Tout au long de sa vie, Audre Lorde s’est attachée à la représentation de la femme noire ayant été très tôt consciente des inégalités raciales régnant aux Etats-Unis et dont les femmes noires étaient et sont encore victimes que ce soit dans son pays d’origine ou à travers le monde.

Ainsi, Audre Lorde est l’autrice de nombreux ouvrages dans lesquels elle s’exprime sur le racisme quotidien qu’elle a vécu tout au long de sa vie, mais aussi elle brandit la parole féministe pour dénoncer la condition des femmes noires dans le monde.

A travers ses ouvrages, elle tente de donner les pistes nécessaires à ce que les femmes noires puissent trouver une place dans la société.

Audre Lorde a voyagé à travers le monde d’abord au Mexique juste après la fin de ses études, en Europe et même en Russie.

Pendant ses voyages elle a pu examiner la position des femmes et plus particulièrement des femmes noires et le peu de considération qu’on leur accordait.

Elle donnait des conférences, faisait des lectures de ses poèmes et enseignait l’anglais.

Toutes ces actions participaient à l’expression de sa pensée et de partager ses engagements politiques : sa théorie féministe, sa vision sur le Racisme, les différentes formes de l’oppression et le sexisme.

C’est à partir des années 60, qu’Audre Lorde a publiée dans des éditoriaux noirs (poésies, écrits et essais).

Elle fut éditée pour la première fois par le biais de la maison d’édition Poet’s Press en 1968 (The first cities).

Elle a écrit son autobiographie « Zami » en 1983 et a retranscrit pendant plusieurs années son combat contre le cancer dans The Cancer Journals en 1980.

Il est encore difficile de trouver les ouvrages d’Audre Lorde traduits en français.

Cependant ses œuvres se révèlent essentielles et intemporelles tant elles traitent de sujets encore présents dans l’actualité.

Le « blacklash » par exemple, la réaction des dominants visant à minimiser les inégalités ; ici en France nous avons le débat sur la colonisation qui s’invite et qui démontre comment il est encore difficile pour les dominants de faire face à certains faits historiques.

Dans « Sister Outsider » Audre Lorde invite les femmes Noires à se réapproprier leur puissance en prenant conscience de leurs corps, de leur sensualité, de leur pouvoir et ne plus se taire dans une société qui les silencie.

Elle souhaitait donner les outils et les ressources nécessaires pour que les femmes Noires s’en inspirent et puissent continuer le combat contre les inégalités dont elles sont victimes.

C’est justement pour rendre le rayonnement longtemps nié à la population noire qu’Audre Lorde s’attachait dans tous ses ouvrages à écrire le mot noir avec une majuscule et amérique avec une minuscule.

L’héritage d’Audre Lorde réside en ceci.

« Selfcare is not self indulgence, it’s self preservation and that is an act of political welfare,  Audre Lorde

Vous trouverez ici une liste de ses ouvrages :

 Poésie

  • The First Cities (1968)
  • Cables to Rage (1970)
  • From a Land Where Other People Live (1973)
  • New York Head Shop and Museum (1974)
  • Coal (1976)
  • Between Our Selves (1976)
  • The Black Unicorn (1978)
  • Undersong: Chosen Poems Old and New (1982)
  • Our Dead Behind Us (1986)
  • Need: A Chorale for Black Woman Voices (1990)
  • The Marvelous Arithmetics of Distance (1993) à titre posthume

Prose

  • Uses of the Erotic: The Erotic as Power (1978)
  • The Cancer Journals (1980). Traduction : Journal du cancer suivi de Un souffle de lumière, Québec, Mamamélis/Trois, 1998.
  • Zami: A New Spelling of My Name, Mythobiography (1983). Traduction : Zami : une nouvelle façon d’écrire mon nom, Québec, Mamamélis, 2001.
  • Sister Outsider: Essays and Speeches (1984). Traduction : Sister Outsider, essais et propos d’Audre Lorde, Mamamélis, 2003.
  • I Am Your Sister: Black Women Organizing Across Sexualities (1985)
  • A Burst of Light: Essays (1988)

Alicia Aylies, Miss Guyane 2016, cible de commentaires racistes et misogynes

Miss France 2017 – Comme chaque fin d’année, les prévisions vont bon train sur celle qui représentera le pays pour l’année 2017. Comme chaque fin d’année les français commentent abondamment la présentation des candidates en faisant hélas trop souvent des réflexions misogynes et/ou racistes.

La présence de femmes noires au sein de l’élection est désormais un acquis. Elles sont nombreuses à voir participé à Miss France et elles ne sont plus cantonnées au seul rôle de Miss des zones d’Outre-mer.

Saviez-vous que, dans le cadre de l’Exposition Universelle de 1937, le créateur de Miss France avait organisé Miss France d’Outre-mer avec des candidates issues de l’Empire colonial français ? Cela avait fait un scandale retentissant dans la classe politique française qui avait dû s’incliner face aux réactions enthousiastes des français.

Miss France d'Outre Mer 1937 photo l'Illustration
Miss France d’Outre Mer 1937
photo l’Illustration
Miss France d’Outre-mer et ses concurrentes, jeunes beautés métisses de l’Empire Français sur une terrasse du Centre Colonial à l’Exposition. source Entreprises Coloniales

Je note tout de même qu’elles étaient sollicitées pour un concours spécifique dans le cadre de l’Exposition Universelle (reparlerons-nous de la tradition raciste de ces événements ?) mais visiblement pas jugées assez intéressantes pour participer à l’élection de Miss France car j’ai du mal à imaginer qu’il s’agisse uniquement de freins géo-politiques.

Depuis, les femmes noires (et plus généralement celles issues de l’Outre-mer) ont pris leur place dans le concours qu’elles ont remporté à 6 reprises.

La première Miss France noire était Véronique de la Cruz, Miss Guadeloupe , élue pour l’année 1993.

La dernière en date est Flora Coquerel, élue Miss France pour l’année 2014 après avoir porté le titre de Miss Orléanais.

 

photo Une Autre Histoire
Véronique de la Cruz, Miss France 1993 photo Une Autre Histoire

Élues Miss France ou pas, les candidates ont également brillé sur la scène internationale lors des concours de :

 

  • Miss Monde (Véronique Caloc, Miss Martinique 1997, 1ère Dauphine de Miss France 1998, 1ère Dauphine de Miss Monde 1998)
  • Miss Univers (Flora Coquerel, Miss France 2014, 3ème Dauphine de Miss Univers 2015)
  • Miss Europe (Cindy Fabre, Miss France 2005 et 3ème Dauphine de Miss Europe 2005)

 

 

Une culture du commentaires raciste

En plus de la misogynie afférente à la médiatisation des femmes, si le palmarès des femmes noires lors des concours de Miss France est notable il s’inscrit tout de même dans une longue tradition de commentaires et actes racistes à l’égard des participantes.

C’est toute l’ambivalence de la société française qui prétend promouvoir le « vivre ensemble » tout en stigmatisant les personnes non blanches.

Femmes noires + misogynie + racisme = misogynoir*

« Putain de négresse »

Comment oublier la salve de commentaires racistes à destination de la franco-béninoise Flora Coquerel (Miss France 2014) ou le refus de Paris Match de faire sa Une avec Corinne Coman (Miss France 2003, Miss Guadeloupe 2002) au prétexte que mettre une femme noire en couverture ne serait pas vendeur ?

Sonia Rolland, Miss France 2000, a témoigné avoir reçu près de 3000 lettres racistes dont une contenait des excréments.

En faisant des recherches, j’ai appris qu’il avait fallu 28 ans de Miss Réunion pour que la première élue soit noire… un comble !

C’est ainsi que j’ai découvert l’histoire de Marie Chocolat dont voici des extraits.

photo Clicanoo
Marie Chocolat, Miss Réunion 1985 photo Clicanoo

« La jeune fille avait conscience que la couleur de sa peau n’était pas considérée comme un atout à l’époque. Jusqu’ici, en effet, aucune noire n’avait été élue. “On a eu des miss rousses, blondes, brunes, à la peau mat, métisses… mais jamais de Cafrines, poursuit la jeune quadragénaire. »

« Les délibérations durent une heure, mais toute à son bonheur, la jeune fille ne s’en préoccupe pas. Plus tard, cependant, elle apprendra que la décision des membres du jury était mitigée, certains ne concevant pas l’idée qu’une noire puisse représenter la Réunion. »

 

 

Ramatou Radjabo, Miss Mayotte 2015 Photo Miss et cie
Ramatou Radjabo, Miss Mayotte 2015
Photo Miss et cie

Je me souviens avec colère de la flopée de commentaires et photomontages dégradants reçus par Ramatou Radjabo, Miss Mayotte 2015. Ces commentaires provenaient dans un premier temps de la communauté mahoraise avant de prendre une ampleur nationale quand les portraits des candidates ont été publiés.

 

On découvre là un pan spécifique du misogynoir quand il s’attaque aux femmes noires présentant un teint foncé et/ou arborant une chevelure crépue naturelle. Le colorisme est une discrimination intra ou extra-communautaire basée sur la couleur de la peau.

Là où les personnes noires à peau claire ou cheveux bouclés sont moins discriminées voire parfois valorisées (exotisation du métissage), celles au teint plus foncé ou au cheveux crépus sont rabaissées et discriminées.

 

 

 

Miss France 2017

Cette année, 7 des 30 candidates sont afrodescendantes et représenteront la Martinique, la Guadeloupe, Saint Martin – St Barthélémy, Mayotte, la Guyane, la Lorraine et l’Ile de France.

L’accueil est plutôt positif et les Miss Guadeloupe et Guyane sont souvent citées parmi les favorites. Mais même en étant parmi les favorites, Miss Guyane n’échappe pas au misogynoir.

En cause, non pas sa chevelure mais la perception qu’ont les personnes non-blanches des cheveux crépus. Je l’ai encore constaté en temps réel en lisant les commentaires des internautes sur la page Facebook de l’Express.

Alicia Aylies, Miss Guyane 2016 photo l'Express
Alicia Aylies, Miss Guyane 2016
photo l’Express

Pas miss Guyane en tout cas !!!joli minois mais alors la touffe de cheveux !!!!ça ne passe pas !!!!!

Ce n est pas l élection de miss Guyane mais Miss France. ..et en France ce n’est pas tendance. ..sinon elle est très jolie.

je n ai JAMAIS parlé de race !!!!!…je n Aime pas du tout ses cheveux !!!!..par contre vous avez un sérieux problème de racisme anti blanc vous !!!!!!!…ne généralisez pas votre mépris !!!!!..

Elle a prit un coup de jus ??????

Quelle horreur ! On donne dans la préhistoire ?

En 2016, nous en sommes encore à des attentes faussées sur la représentation de la beauté des femmes noires. Coiffer ses cheveux au naturel est perçu comme un signe de négligence ou de non modernité.

Devrions-nous défriser nos cheveux, les lisser ou les attacher pour qu’ils soient admis comme pertinents dans le cadre d’un concours de beauté ?

Pourtant l’année dernière, la candidature de Miss Martinique Morgane Edvige qui arborait sa chevelure naturelle avait fait sensation au point qu’elle soit considérée comme favorite. Elle n’avait pourtant fini que 1ère Dauphine ce qui avait crée un buzz inconsistant dans les médias.

Morgane Edvige, Miss Martinique 2015 photo la 1ère
Morgane Edvige, Miss Martinique 2015
photo la 1ère

 

D’ailleurs, elle sera bientôt la candidate française à l’élection de Miss Monde qui aura lieu à Washington (USA).

Morgane Edvige, candidate Miss Monde 2016 photo People Bokay
Morgane Edvige, candidate Miss Monde 2016
photo People Bokay

Elle est actuellement en pleine campagne de communication et elle arbore désormais une toute autre coiffure. J’ai pu voir un reportage récemment sur sa candidature et ses coaches expliquaient qu’ils avaient travaillé sur une image plus moderne d’elle, plus sophistiquée, plus femme… J’ajouterai la vidéo si je la trouve car pour le moment je n’ai pas mis la main dessus.

 

 

Il y a quelques années, le concours Miss Black France avait été lancé dans un tollé général. A croire que pour certains la beauté noire ne peut qu’être une composante d’un concours national ce qui permet de la garder sous (un) contrôle (relatif).

* misogynie spécifique ciblant les femmes noires

25/11/2016 – Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes

Nous sommes aujourd’hui le 25 novembre, date qui formalise l’internationalité de la lutte pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Cette journée a été votée par l’ONU le 17 décembre 1999 en mémoire de l’assassinat des sœurs Patria, Minerva et María Tereza Mirabal commandité par le dictateur dominicain Trujillo.

Les faits débutent à la fin des années 40. Le dictateur Trujillo n’avait pas supporté d’être rejeté par Minerva Mirabal dont il était obsédé au point de harceler la principale intéressée ainsi que toute sa famille et des membres de son entourage.

Elle a été enlevée et séquestrée durant plusieurs semaines en compagnie de plusieurs amies à elles (Enma Rodríguez, Violeta Martínez et Brunilda Soñé) afin de leur faire avouer leurs liens avec les militants socialistes opposés au dictateur.

Le père de la famille Mirabal, Enrique, est quant à lui décédé à force de tortures.

Ces événements ainsi que d’une manière plus générale la dureté du pouvoir ont forgé la conscience militante de Minerva Mirabal  qui est par la suite devenue une héroïne de la lutte contre Trujillo.

En représailles, celui-ci fit assassiner 3 des sœurs Mirabal le 25 novembre 1960 ce qui explique le choix de la date par l’ONU.

La sœur survivante, Belgica Adela Mirabal, est décédée en 2014 après une longue vie de luttes.

Une fois ce contexte historique posé, il est important de faire un constat de la situation actuelle.

Partout dans le monde les femmes sont victimes de violences en raison de leur genre.

Elles sont discriminées parce qu’elles sont femmes, battues parce qu’elles sont femmes, violées parce qu’elles sont femmes, assassinées parce qu’elles sont femmes (l’assassinat des femmes en raison de leur genre est appelé fémicide ou féminicide).

En tant que militante afroféministe, je suis tout particulièrement sensible aux violences que subissent les femmes noires.

A ce sujet, je vous invite à visionner le replay de l’émission Investigations « Violences faites aux femmes » diffusée mercredi dernier sur France O. Ce reportage fait un focus sur le parcours judiciaire de femmes victimes de violences conjugales en Guadeloupe.

C’est à ce titre que j’ai assisté le 12 novembre dernier à une marche blanche très émouvante en la mémoire d’Aïssatou Sow décédée le 30 octobre 2016 après 6 semaines de coma.

12/11/2016 - marche blanche pour Aïssatou
12/11/2016 – marche blanche pour Aïssatou

Son ancien compagnon, ne supportant pas la rupture, l’avait tabassée avant de la laisser pour morte dans un couloir d’immeuble.

La famille d’Aïssatou, à l’initiative du collectif « Plus jamais ça », a souhaité dénoncer ce qu’elle a vécu mais aussi plus largement les violences faites aux femmes ainsi que les violences dans les quartiers.

Et c’est dans une redoutable efficacité que l’entourage de cette femme a organisé cette marche qui se déroulait à Valenton (94). J’ai une immense admiration pour ce qu’ils ont accompli dans un délai aussi court et dans des circonstances difficiles.

La marche a fédéré des dizaines de personnes, peut être 300 je pense ? Parmi les marcheuses et les marcheurs on a retrouvé des la famille, les amis,  des anonymes, des associations, des activistes, des politiques… Des adultes et des enfants.

Je ne vous cacherai pas que c’était très dur. J’ai longtemps eu la gorge nouée au point d’être totalement incapable de crier le moindre slogan.

Trop de tristesse et de colère de voir une vie volée, tant de vies volées.

Mais plus que ces émotions je préfère retenir ce magnifique élan de solidarité, les cris « plus jamais ça », les témoignages d’amour et la force de cette famille.

A la fin du rassemblement, des personnes et des collectifs ont pu prendre la parole et ainsi exprimer leur colère face aux violences sexistes.

Je retiens cet événement comme un appel à la sororité, à l’entraide, à l’écoute. Il y a très souvent des signes quand une femme est la cible de violences conjugales. Sait-on les déceler ? Les écouter ?

A-t-elle changé d’attitude, est-elle devenue agressive ou au contraire triste ?

A-t-elle des marques de blessures ? S’isole-t-elle ?

Autant de signes qui devraient nous conduire, non à lui faire subir un interrogatoire car ce n’est pas l’objectif, mais à lui faire savoir que l’on est là pour elle.

Nous ne sommes pas toutes des professionnelles ou des expertes dans l’accompagnement des victimes. En plus des associations de terrain qui connaissent parfaitement le sujet (vous pouvez vous rapprocher de la mairie pour obtenir la liste), une plateforme téléphonique nationale existe. Il s’agit du 3919.

Toute victime ou personne proche d’une victime peut les contacter afin d’obtenir une écoute et des informations sur les moyens d’action.

Aucune communauté, aucune classe sociale ne sont épargnées par les violences faites aux femmes.

Cela n’arrive pas qu’aux autres, il est important d’être sensibilisée sur le sujet car cela permettra peut-être de réagir plus vite si cela nous arrive ou d’aider efficacement sa voisine, sa collègue ou sa sœur.

En France les chiffres des violences faites aux femmes sont terrifiants :

  • 1 femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ou son ex compagnon
  • 1 enfant meurt tous les 11 jours dans le cadre de violences conjugales
  • 1 femme est violée toutes les 7 minutes
  • Plus de 500 agressions sexuelles sont commises chaque jour

Pour que cela cesse, chacun-e doit agir en ce sens.

De nombreuses manifestations sont proposées à l’occasion de cette journée.

J’en ai répertoriées certaines dans l’agenda Parlons des Femmes Noires.

Vous trouverez sous le hashtag #violencesfaitesauxfemmes de nombreux tweets dont des articles que j’ai sélectionnés depuis le compte @PDFemmesNoires

Relayez ces informations, partagez-en d’autres. Dénoncez ce que vivent les femmes.

A lire également

Val-de-Marne : marche blanche pour Aïssatou, 21 ans, tuée par « jalousie »
Violences contre les femmes, la loi vous protège
Les chiffres de référence sur les violences faites aux femmes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
Le papillon de la résistance dominicaine