Bilan de l’événement « Non-assistance ? Santé, discriminations et inclusion » à l’Assemblée Nationale

Le 14 novembre 2018 s’est tenu dans les locaux de l’Assemblée Nationale et sur l’initiative du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), un colloque consacré aux discriminations dans le secteur de la santé. 

Le collectif Afro-Fem a été associé à ce colloque et ce, dans la continuité de l’enquête réalisée durant l’été 2018 et qui avait donné lieu à la tribune collective afroféministe « Les filles et les femmes noires face à la santé en France ».

Nous remercions Sylvain Waserman, Vice-Président de l’Assemblée Nationale, d’avoir accueilli cet événement au sein de l’institution et Ghyslain Vedeux, Président du CRAN de nous avoir conviées en tant qu’intervenantes.

Le panel d’intervenant.e.s était composé de la manière suivante : 

• Françoise Vergès, politologue 
• Emmanuel Hirsch, professeur et Président du Conseil pour l’éthique de la recherche et de l’intégrité scientifique 
• Emilie Jung, Directrice de l’association Migrations Santé Alsace 
• Matthias Thibeaud, qui représentait l’association AIDES 
• Josselin Fonkoua Kamga, médecin urgentiste 
• Estelle Marguerite, chargée de projets afroféministes au sein du collectif Afro-Fem

Dans le cadre de notre intervention, nous avons présenté notre collectif ainsi que le bilan de la permanence afroféministe que nous avons mise en place en avril 2018.



En lien avec le thème de la soirée, ce bilan nous a permis de pointer les difficultés dans l’accès aux soins identifiées lors du recueil des témoignages.

Les femmes que nous avons rencontrées nous ont fait part de leur méconnaissance des dispositifs de prise en charge et de freins psychologiques liés à la crainte de la discrimination ou à la non prise en compte de biais culturels.

Nous constatons également de plus en plus de demandes de coordonnées de professionnels de santé issu.e.s des communautés afro-descendantes ou dont la formation permet de mieux connaitre (et traiter) les besoins des patient.e.s noir.e.s. Ce point s’applique tout particulièrement à la dermatologie (peau, cheveux) et la santé mentale.

La présentation de ces informations a été mise en perspective avec les résultats de l’enquête urgences réalisée l’été dernier et par laquelle les femmes noires ayant témoigné signalent pour : 

• 52% avoir reçu des soignant.e.s des informations qu’elles ne comprenaient pas tout en étant privées de la possibilité d’obtenir des explications compréhensibles 
• 40% avoir reçu des moqueries et propos dégradants 
• 48% avoir vu leurs propos mis en doute

En exploitant les commentaires de ces femmes, nous avons identifié 3 demandes importantes de leur part : 

• une meilleure écoute des patient.e.s 
• plus d’empathie 
• une meilleure formation aux discriminations afin de lutter contre l’infantilisation des patient.e.s comme par exemple avec le « syndrome méditerranéen »

En complément, nous ajoutons que les difficultés rencontrées avec les parcours de santé sont toujours accompagnées d’autres problématiques telles que par exemple l’accès au logement ou l’obtention d’un titre de séjour.

Lors des questions-réponses suivant les prises de parole des intervenant.e.s, Françoise Vergès a abordé la dynamique structurelle des discriminations ce qui a fait l’objet d’un échange houleux avec Emmanuel Hirsch.

Cette altercation est révélatrice de l’opposition de deux visions.
La première, universaliste et républicaine, considérant malgré les écueils les institutions comme garantes de l’égalité et de l’équité.
L’autre, plus critique et décoloniale, considérant les institutions comme étant dans la continuité des discriminations structurelles de la société française.

Cet angle du débat était intéressant mais n’a pu se poursuivre du fait du départ de M. Hirsch. Nous espérons que ce point pourra être repris dans de futures rencontres.

Nous remercions de nouveau le CRAN pour cette invitation et les félicitons au passage pour le travail de terrain et institutionnel réalisé depuis 2005.

Le collectif des Rosas, Ghyslain Vedeux – président du CRAN, la politologue Françoise Vergès et Sylvain Waserman, Vice-Président de l’Assemblée nationale
(photo Joana Moreau Fidalgo, collectif des Rosas)

Nous adressons nos amitiés chaleureuses à nos sœurs : 

• du collectif des Rosas qui étaient présentes hier en nombre 
• de l’association Diivine LGBTQI+ 
• Sandrine Ngatchou (Ovocyte Moi), Présidente de l’association UTASA pour le don d’ovocytes et la PMA 
• Katia qui a témoigné pour l’endométriose 
• Patricia N’depo, association Afrique Avenir 
• l’inénarrable Thaly, toujours présente 
• N. bénévole au sein de la permanence Afro-Fem

Le 25 novembre 2018, à l’occasion de la Journée Internationale de l’élimination des violences faites aux femmes, Sandrine Ngatchou et Patricia N’depo animeront à Paris une conférence dédiée à la santé sexuelle et reproductive des femmes noires.

Un événement à ne pas manquer !



Du 24 au 30 novembre à Marseille, le Collectif des Rosas et l’association Femmes Afrique Méditerranée présenteront l’exposition Femmes noires et résistances.

			

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s